L'association

Le Patrimoine de Fécamp

Fécamp aujourd'hui

Fécamp demain

ASSEMBLEE GENERALE

dimanche 2 avril 2017

   
L’Assemblée Générale annuelle s’est tenue dans les locaux de la C.C.I. en présence des élus :
Mme Marie-Agnès Poussier-Winsback maire, Mr Pierre Aubry Premier adjoint,
L’ordre du jour était le suivant :
  • Mot du Président
  • Compte rendu moral 2016
  • Rapport financier 2016
  • Budget prévisionnel 2017
Mme Florence Thibaudeau-Rainot nous a présenté l’opération Grand Site des Falaises d’Etretat-Côte d’Albâtre. Jean-Claude Omont, président de l’Association regrette que les valleuses de Senneville et d’Eletot ne soient pas comprises dans le périmètre initial.
Le déjeuner servi au restaurant Normandy fût suivi d’une conférence de Mme Virginie Sampic, directrice des affaires culturelles de la ville sur les globes du XVIIIe siècle, conservés au Fonds ancien.

Le mot du  du Président

Bonjour à toutes et à tous.
Merci d’être présents – nombreux !
C’est un signe qui amène à penser que notre association va bien.
Une Assemblée générale est l’occasion de dire ce que vous attendez, ce qui ne va pas.
Je vous propose de commencer par une attention pour les amis disparus depuis 2016. Merci !
Madame le Maire, bienvenue à notre Assemblée générale. Nous le disons avec sincérité ! d’autant que les relations avec la Mairie sont bonnes. Vous êtes à l’écoute. Nous pouvons échanger et pensons être dans un esprit de partenariat constructif - à hauteur de nos possibilités -, que ce soit avec les élus et les permanents. Je me permets de les citer : Pierre Aubry, Virginie Sampic, Manuel Martin et Raynauld Maheut.
Je voudrais saluer notre Président d’honneur, Louis Lagarde, et, en même temps, avoir une pensée pour le groupe qui m’a porté à la Présidence il y a 22 ans, et permis de repartir en 1995 sur de nouvelles bases et faire en sorte que l’Association soit forte.
Je suis très heureux de pouvoir les saluer. Ils sont là pour la plupart : L. Lagarde, J.P. Durand, J.P. Balier, A. Carpentier, Yves Duboys-Fresney, Robert Sebie, Christian Legros, Jean Pollet. Quelques-uns ont pris du recul, contraints et forcés.
Tous ont bien participé et sont encore présents à nos côtés. MERCI à eux.
Ce sont les gardiens de la ligne fixée par les fondateurs, même si l’évolution de la société sur plus d’un siècle a amené certains repositionnements.
Il faut être vigilants, mais la modernité doit pouvoir se conjuguer avec la tradition. Tout le monde se souvient du Poil à gratter, mais il n’a pas été assez urticant.
Disons aujourd’hui que nous allons bien. Le nombre d’adhérents a diminué un peu depuis 2009, année du Centenaire. Hélas, les départs se font de façon irrévocable.
Nous allons devoir préparer le « 2e Centenaire ».
Votre Conseil d’Administration est au travail, il y en a. Il n’apparaît pas toujours quand il est fait, mais il est bien là.
Les sorties et rencontres sont suivies. La découverte et la protection du patrimoine en sont le mobile. - Quand on le connaît bien, on l’aime plus et le défend davantage -. Il y a un travail administratif important que nous devons à Annick Carpentier, Jean-Claude Jeanne et Christian Moignard.
Arrêtons-nous maintenant sur ce que l’on peut appeler les points d’orgue de l’exercice 2016.
L’Exposition « Fécamp hier et aujourd’hui », à partir du fonds photographique de Henri Ladiray, don de Mme Coudray, a terminé son parcours grand public, après le Palais Bénédictine et le hall de l’hôpital des Hautes Falaises, dans le hall d’accueil de la Mairie, suprême reconnaissance des élus.
Nous lui cherchons maintenant un lieu d’exposition de longue durée dans un endroit protégé pour mieux finir que dans un placard.
2016 est marquée en premier lieu par l’édition « Fécamp, 100 ans de changement ». C’est l’histoire de la cité, son évolution à travers le siècle :
  • les destructions créées par la guerre,
  • pour la pêche, le passage des voiliers aux navires à vapeur,
  • l’abandon de la pêche à Terre-Neuve,
  • la construction du Ramponneau, etc., etc.
Cette réalisation a été possible grâce au professionnalisme de François Banse qui dirige les Éditions des Falaises. Il nous a amenés à réaliser un beau travail. N’est-il pas le descendant d’une grande famille qui a donné beaucoup au patrimoine, Daniel Banse et Victor Banse, grand-oncle et grand-père ?. La saga Banse est inscrite dans les mémoires fécampoises et bien au-delà.
Ce livre réussi a été bien accueilli, comme il se doit, par toute une population dont beaucoup de touristes et horsains.

  • il représente quelques atouts
  • il ne pèse pas sur nos finances
  • il sert ce que nous voulons : l’entretien du patrimoine
  • il est aussi l’expression de ce que peut faire l’Association
Il est bien d’en parler, en même temps qu’il apporte une ombre de tristesse par le décès de Claire Chauvin, mais il met en valeur la contribution des administrateurs. Je les cite : Christian Legros, Nicolas Leroux, Delphine Marie, Christian Moignard.
On les applaudit.
Aujourd’hui, ce livre intéresse ceux qui pensent sérieusement à l’aménagement de Fécamp et à son urbanisme.
Il se penche sur ce qu’a été la ville, pour mieux savoir ce qu’elle peut devenir.
Il y a un congrès national des architectes et urbanistes qui se tient actuellement. Nous avons été contactés par la Mairie (Ourdia Siab) pour fournir 40 exemplaires du livre. C’est une référence.
Venons-en aux finances et montrons-nous satisfaits et disciplinés.
J.P. Fiquet en est le gardien vigilant. Il veille. Combien de fois entendons-nous « Attention, nous devons garder 70 % des cotisations pour l’édition du bulletin ». Il nous dira ce dont nous disposons aujourd’hui. Il y avait 30 000 F. (4.500 €).
Jean Lemaitre, en me passant le relais, il y a 22 ans, m’a dit : « surtout, garde ce trésor de guerre ». Jean-Pierre va vous dire que nous les avons.
Le prochain bulletin va sortir fin d’année 2017 ou début 2018. Nous pensons prendre pour base : Fécamp et la Mer. Nous y travaillons. Sa sortie sera fonction du temps que peuvent y apporter les auteurs.
Nous traiterons :
  • de la pêche au hareng
  • du sauvetage en mer
  • et bien sûr, de la Pêche à Terre-Neuve, etc.
Toutes les idées sont bonnes. Nous les attendons.
Le site internet fonctionne bien pour notre satisfaction. Ch. Moignard en est le permanent. Vincent Le Grand et Pierre Wallon en sont également les gestionnaires.
Après ce bilan d’auto-satisfaction, me direz-vous, je passe la parole à Annick Carpentier pour le compte rendu moral.
Je vais me tourner vers Madame le Maire, satisfaits de nos relations, mais avec des choses à dire.
1) La couronne verte doit être strictement préservée
2) La maison bleue sur la Côte de la Vierge est dérangeante.
Qui a signé le permis de construire en juin 2010 ? Quel est le responsable qui a pu laisser passer cette énormité ? Il faudrait que tout se sache. Les responsables ne devraient pas pouvoir se cacher.Le propriétaire, M. Gabel, que nous avons rencontré, serait pour un arrangement dans le temps.
3) Le projet d’immeuble à l’emplacement de la propriété Y. Le Roy n’est pas un bon choix pour l’image de la ville.
La Côte de la Vierge présente l’exemple que les intérêts privés se sont imposés depuis 20 ans.
4) Parmi les décisions réconfortantes pour nous faire oublier la désillusion de « Fécamp dès demain » :
  • l’aménagement de l’espace Jules Ferry est prometteur.
  • le projet d’hôtel thalasso ouvre des ambitions économiques et touristiques
  • et enfin, le nouveau musée lancé en 2002 : 15 ans après, offre la possibilité une prochaine ouverture fin de cette année.
Elle était prévue en 2008 avec un budget de 8 millions, il sera de 16. Qui dit mieux ?
Néanmoins, Madame le Maire, vous avez redressé la situation en moins de 3 ans, mais quel coût pour les finances de la ville et pour l’image : « Fécamp, ville d’Art et d’Histoire » sans musées municipaux depuis 2005 ?

Rassurez-nous Madame le Maire, on nous dit que ce futur musée ne pourra présenter des expositions temporaires faute d’une salle assez grande, d’au moins 300 m² ? On ose à peine y croire !
Dernière réserve sur ce musée : le nom : Musée des Pêcheries. Quel trait de génie a traversé l’esprit des auteurs ? Je me permets d’interroger la salle !
Le 5 février a été une grande fête. Qui peut me dire le nom de ce grand rassemblement affectif ?
FÊTE DES TERRE NEUVAS et bien voilà !
Pour l’histoire, il faut savoir que le musée actuel, Bld Albert 1er, aurait pu bénéficier d’un agrandissement sur la propriété de M. Michel Ledun où se trouvent aujourd’hui 2 beaux immeubles. Nous n’aurions pas attendu autant, sans parler du coût.
Par ailleurs, les projets : médiathèque, casino, voie verte, nous laissent optimistes.
Il serait bien aussi de réfléchir à un pôle culturel et historique vers l’Abbaye où toutes les composantes seraient réunies :. Abbaye
  • Hôtel de Ville
  • Maison du Patrimoine
  • Palais ducal
  • puis les maisons qui bordent le parvis de l’Abbaye ont été vendues plusieurs fois en 15 ans. Pendant ce temps, l’Abbaye de Montivilliers prenait le rayonnement qu’on lui connaît aujourd’hui.
en reprenant le projet de parking sur la voie ferrée (la SNCF était d’accord, les Monuments de France également), malheureusement annulé par Mme Bredin quand elle est arrivée en Mairie en 1989.
Si, dans tout le programme, Madame le Maire, vous trouvez une petite place pour une Maison de la Littérature à l’instar de Condé sur Escaut qui présente un ensemble médiathèque, Office de Tourisme, Maison de la Littérature qui est en plein rayonnement, nous en serions très heureux.
Et pour terminer, une supplique !
Nous attendons avec impatience ce qui devient une nécessité :
UN LOGEMENT !
Le mot de la fin revient, bien sûr, à Madame le Maire.

Mars 2017








Cliquez sur l'image pour l'agrandir